Handicap : un accompagnement personnalisé

Handicap : un accompagnement personnalisé

L’inclusion est une priorité pour le Département des Hauts-de-Seine. Nous nous efforçons de tendre à l’exemplarité dans notre politique de recrutement et d’évolution professionnelle. Nos engagements : favoriser l’insertion, le maintien dans l’emploi et le bien-être au travail des professionnels porteurs de handicap.

Depuis 2015, le Département des Hauts-de-Seine est signataire du Handi-Pacte, la charte des employeurs de la fonction publique pour l’emploi des personnes en situation de handicap. Les mesures prises en faveur de l’insertion des personnes en situation de handicap se déclinent en trois axes : accompagner et faciliter le maintien dans l’emploi, favoriser le recrutement des agents bénéficiaires de l’obligation d’emploi, permettre le partage de bonnes pratiques avec les autres structures publiques. Nous sommes engagés dans une politique d’égalité des chances, du recrutement à l’évolution de carrière. Nos offres d’emploi sont ouvertes à tous, incluant naturellement les personnes en situation de handicap, et nos entretiens peuvent être totalement dématérialisés. Nous employons plus de 400 collaborateurs porteurs de handicap, ce qui représente un taux de bénéficiaires de l’obligation d’emploi de 8,47 % (le seuil minimal est fixé à 6 % pour les employeurs de plus de 20 personnes).

Favoriser l’autonomie et la qualité de vie au travail

Pour mettre en œuvre cette politique, le Département s’appuie sur sa direction de l’environnement social du travail, une équipe pluridisciplinaire qui assure le suivi de la santé et agit en faveur de la sécurité et du bien-être au travail de tous les agents du Département. Composée d’infirmières, de travailleurs sociaux, de psychologues, de médecins et de conseillers de prévention, elle les soutient tout au long de leur parcours professionnel.

Car des solutions existent pour compenser les situations de handicap et favoriser l’autonomie et la qualité de vie au travail des personnes concernées. Elles ne sont ni un privilège ni un confort, mais visent au contraire à répondre aux besoins spécifiques de chaque agent, selon un principe d’équité. Le Département finance une grande diversité de moyens de compensation :

  • Des aides techniques : matériels adaptés, mobiliers, équipements (interprétariat en langue des signes, matériel braille, clavier spécial, appareil auditif…)
  • Des aides humaines : auxiliaires de vie professionnelle, tutorat…
  • Des solutions organisationnelles : aménagement de poste, y compris horaires, dispositifs de transport domicile / travail.
  • Des aides financières : financement de formations, études ergonomiques de poste…

« J'accompagne les agents porteurs de handicap au quotidien. C'est un suivi au long cours. La plupart d’entre eux sont orientés par le service de médecine professionnelle, mais tous ceux qui le souhaitent peuvent me solliciter. Leurs demandes sont toujours traitées dans le respect de la confidentialité. Je les soutiens dans leurs démarches sociales, psycho-sociales, administratives et médicales. Il s’agit aussi d’offrir un espace de parole. Le handicap peut avoir des retentissements sur la vie professionnelle ou familiale. Nous sommes là pour leur permettre de partager ces difficultés et trouver, ensemble, des solutions pour préserver leur bien-être et leur permettre de poursuivre leur carrière dans les meilleures conditions ».

Marie-Pierre Ferrand Berthier, assistante sociale du personnel et référente handicap à la direction de l'environnement social du travail

Nos collaboratrices témoignent

Le Département m'a permis d’aménager mes fonctions et mon poste de travail il y a quelques années, au regard de l’évolution de ma pathologie. Je bénéficie aujourd'hui d’un service de transport adapté, et de l’intervention d’une auxiliaire de vie. Continuer à travailler lorsque l’on est malade, en situation de handicap, c’est un vrai défi. Mais c’est essentiel pour moi, et cela m’aide beaucoup à combattre la progression de la maladie. J’ai la chance de pouvoir compter sur des collègues bienveillants, et c’est très important de savoir que je peux aussi être soutenue par mon employeur. »

Stéphanie Bouriquet, assistante sociale

« Je suis sourde signante, et depuis trois ans, j’ai accès à une solution d’interprétariat à distance. Je l’utilise pour nos réunions d’équipe, ou lorsque l’on a besoin de me poser une question. Pour moi, c’est le symbole de l’accessibilité et d’une véritable révolution ! Ça a définitivement changé mon rapport au travail et à mes collègues, j’ai le sentiment d’être davantage moi-même et de mieux les connaître. On se réunit d’ailleurs chaque semaine pour que je leur apprenne quelques bases de la Langue des Signes. C’est une petite porte d’entrée vers la communauté sourde qui est multiple et gagne à être découverte ! »

Céline Aubert, infographiste